En matière de rémunération du dirigeant, il n’y a pas de règle toute faite. Vous avez la possibilité de vous verser un salaire, de vous rémunérer en dividendes ou même de mixer les deux… Entre salaires ou dividendes, l’impact sera différent pour les finances de votre entreprise, mais ce n’est pas le seul aspect à prendre en compte.

 

Rémunération, salaires ou dividendes : quelles différences ?

 


En tant que dirigeant d’entreprise, vous pouvez percevoir des revenus sous plusieurs formes :

  • Rémunération ou rétribution : elle est versée en contrepartie du mandat social exercé. Elle est généralement définie dans les statuts de la société, mais n’est pas soumise à un montant minimum
  • Salaire : il est versé régulièrement, généralement en fin de mois, en contrepartie d’un travail effectué. Son montant peut inclure une part fixe et une part variable mais il ne peut pas être en deçà du SMIC
  • Dividendes : ils sont versés en contrepartie des actions détenues au capital de la société, uniquement en cas de bénéfices.


À noter : on utilise parfois à tort le terme « salaire », pour désigner en fait la rémunération distincte des dividendes.


Si vous êtes entrepreneur individuel, votre rémunération correspond au bénéfice réalisé par votre entreprise.

 

 

Versement de salaires : avantages et inconvénients

 


Le premier avantage du salaire, c’est sa régularité, puisqu’il vous assure de toucher un revenu chaque mois. Surtout, étant soumis à cotisations sociales, il vous offre une protection sociale en cas de maladie, et permet de préparer votre retraite.


Autre atout : l’ensemble des sommes versées à titre de salaire, d’indemnité ou d’avantage en nature font partie des charges fiscalement déductibles. Ce qui permet donc de réduire le montant de l’impôt sur les sociétés (IS), si votre entreprise y est soumise.

Naturellement, la protection sociale apportée par le salaire implique le prélèvement de cotisations sociales obligatoires, qui représentent une charge non négligeable pour l’entreprise et viennent diminuer la rémunération nette. De plus, les salaires versés sont imposables au titre de l’impôt sur le revenu (IR).

 

Versement de dividendes : avantages et inconvénients

 


Contrairement aux salaires, les dividendes ne sont pas soumis à cotisations sociales. En effet, ils ne sont pas considérés comme une rémunération, mais comme des revenus de capitaux mobiliers.


Seule exception : les dividendes perçus par le dirigeant d’EURL (ayant opté pour l’IS) sont assujettis à cotisations sociales pour la fraction supérieure à 10 % du capital social.


En règle générale, les dividendes font l’objet du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, également appelé flat tax :

  • 12,8 % au titre de l'impôt sur le revenu,
  • 17,20 % au titre des prélèvements sociaux.

 
Ou bien, les dividendes ouvrent droit à un abattement de 40 % sur le calcul de votre impôt sur le revenu. En optant pour cette alternative, vous réduisez votre imposition à titre personnel.


À savoir que les dividendes ne vous apportent aucune protection sociale au quotidien, et ne vous permettent pas non plus de cotiser pour votre future retraite. Exception faites dans le cas spécifique des dividendes versés au dirigeant d’EURL.


En outre, les dividendes sont irréguliers par nature. Si votre entreprise enregistre des pertes, vous ne pourrez pas vous verser de dividendes. Soulignons enfin que les dividendes, contrairement à votre rémunération, ne sont pas déductibles du résultat fiscal de votre société soumise à l’IS.

 

 

Statut social du dirigeant et régime d’imposition

 


Au-delà des caractéristiques propres aux salaires et aux dividendes, on voit bien qu’il faut prendre en compte les spécificités de votre entreprise. Non seulement son régime d’imposition, mais aussi le niveau de protection sociale que vous souhaitez.


Il est donc nécessaire de trouver un équilibre entre le coût financier immédiat, et le niveau de protection sociale. C’est pourquoi certains dirigeants choisissent de mixer salaire fixe et versement de dividendes, dans des proportions qui varient selon la performance de leur entreprise et leur situation fiscale personnelle.


Vous devez aussi vous adapter aux variations des résultats que votre entreprise génère. Par exemple, vous pouvez exercer vos fonctions de gérant à titre gratuit au démarrage de votre activité, et vous rémunérer sous formes de dividendes dès que votre entreprise dégage des bénéfices. En revanche, si vous souhaitez payer moins d’IS, il sera peut-être plus pertinent d’opter pour un salaire plus élevé, que vous pourrez déduire du résultat fiscal de votre société.


N'hésitez pas à demander l’avis de nos expert-comptable. Professionnels du chiffre, ils pourront faire toutes les simulations nécessaires pour trouver la solution adaptée à vos besoins.

 

L’essentiel à retenir


L’arbitrage entre salaires et dividendes dépend de critères financiers et fiscaux, mais pas seulement. Votre protection sociale et vos futurs droits à la retraite sont également en jeu.

 

Vous avez d’autres questions ? Contactez l’un de nos experts Compta in Touch

Sans engagement

Satisfait ou remboursé
3 mois

Compta-in Touch est noté Excellent

Sur la base de 120 avis

Trustpilot

Expert-comptable en ligne à partir de 30€ / mois

Obtenez votre devis personnalisé en quelques clics seulement

PACK AUTONOMIE LMP/LMNP

€35

Tenue comptable, Déclarations fiscales, liasse fiscales, bilan
et compte de résultat
Dès 35€/ Mois

DEVIS GRATUIT

Simulateurs gratuits

Tva
Salaire
Charges salariales

DECOUVREZ NOS SIMULATEURS
0
SHARES